Dégustation...

  • PRIX DES VINS !
    Le prix de chaque caisse de 12 bouteilles de l'un ou l'autre vin décrit ci-dessous est - départ propriété - de 50 € TTC ; il s'y ajoute le prix du transport à son coût réel, par nature variable en fonction de la quantité acquise et du département métropolitain de destination. Pour obtenir un prix "tout compris" pour la France métropolitaine ou un devis pour un état étranger, merci d'adresser un mail à : [email protected]
  • Grand Château de Pressac -
    Bordeaux Supérieur 2005
    Un vin grenat dont le nez riche libère des arômes de fruits mûrs aux fines nuances d'épices. Sa bouche ronde se pare d'une belle finesse. Ses tanins élégants sont déjà lisses et savoureux.
  • Grand Château de Pressac -
    Entre Deux Mers 2009 -présenté en bouteilles "bleu royal"
    Château Féodal du XIVème siècle, le Château de Pressac cache des petits bijoux au cœur de sa cave. Cet Entre Deux Mers issu d'une sélection des meilleures parcelles de sauvignon et de sémillon nous laisse découvrir un bouquet plein de charme, souvenir d'Orient, avec une note de litchi, rappel printanier avec le floral de la rose. Ce bouquet délicat ravit le nez comme la bouche, où l'harmonie est au rendez-vous avec un beau duo du volume et de vivacité.

Envie de Pressac ?

  • Visit Pressac ! Visite de Pressac !
    Pressac - monument inscrit de longue date à l'Inventaire Supplémentaire - le seul portant ce nom - et site protégé, un des plus vastes de France - est en permanence ouvert à la visite. Nous pouvons vous proposer selon le temps dont vous disposer soit une promenade d'environ 1 heure sur l'exploitation qui vous permettra d'aller en cinq monuments ...de l'ère néolithique à nos jours, soit une visite commentée des extérieurs. Ces deux types de visites peuvent avoir lieu quand vous le souhaitez - à l'exception du dimanche matin et de la semaine, du lundi au lundi inclus, suivant le 1er dimanche du mois - sous réserve d'un appel, y compris quelques minutes à l'avance, au 06.23.63.10.17. afin de vérifier notre disponibilité immédiate ou à un terme défini et de fixer le jour et l'heure de votre venue. Pressac dispose de vastes parkings pour autocars et automobiles et peut recevoir des groupes de tous âges. Toute visite en individuel ou en groupe est gratuite. Elle peut à votre convenance se conclure par une dégustation - malheureusement payante - des vins AOC "Grand Château de Pressac" produits et vinifiés sur l'exploitation et décrits ci-après. Il n'y a bien sûr aucune obligation d'achat. Toutes précisions lors de votre appel téléphonique. Pressac se trouve à 33420 - Daignac, au sud de la route Bordeaux-Bergerac, entre Saint Quentin de Baron et Grézillac, à quelques centaines de mètres du bourg sur la route départementale qui conduit à Blésignac et Targon. L'entrée est marquée par deux panneaux. La propriété est également accessible par la piste cyclable Bordeaux-Sauveterre de Guyenne ; elle se situe environ 2 kilomètres au delà de la Gare d'Espiet dans la direction de Sauveterre...et donc deux kilomètres au delà de la gare de Daignac dans l'autre sens. www.mappy.fr ou www.michelin.fr peuvent vous aider à déterminer votre iitinéraire d'où que vous veniez. Bienvenue ! Nous vous attendons
  • Pressac...en livres !
    Les Editions de l'Entre-deux-Mers - www.e2m.edit - 9, le bourg - 33750 Saint Quentin de Baron - à quatre pas de Pressac - viennent de publier coup sur coup deux livres dans lesquels Pressac tient une certaine place : "Léo Drouyn, de Vayres à Branne" (45 € - Pressac fournit le dessin de couverture qui date de 1862 ainsi que dix pages de textes, dessins et gravures) et " Les Châteaux Médiévaux de l'Entre-deux-Mers" ( 5 € - dans une série "Comprendre" - 5 titres parus et 7 à paraître )
Blog powered by Typepad

« De l'activité ... pas d'activisme ... Du sang -froid ... pas de la colère ! | Accueil | Car ... et .... aussi .... et .... enfin ... ou ... primo ... secundo ... tertio ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8345396e669e2010536109166970b

Voici les sites qui parlent de Une moutarde qui me monte au nez .... " Je suis le gardien de mon frère ". :

Commentaires

Claverie  Jean (Edouard)

Moutarde et pantoufles ou brune et feutres.
Votre lecteur rencontre aussi d’énormes difficultés pour s’approvisionner en moutarde « douce et fine », qualifiée encore de « brune » dans ma sphère locale et familiale, d’où un abandon progressif de cet accompagnement maintenant disparu des rayons bretons ou girondins auxquels je me fournis.
Il y avait Louit, il resta Amora quelques années seulement, il n’y a plus rien maintenant, en « brune » ; seule la « roide » (la blonde qui arrache) subsiste avec des variantes toutes plus ou moins élaborées : « à l’ancienne », « aux herbes de truc muche », « au vinaigre de machin », etc.
Je m’associe pleinement à votre véhémente protestation en vous signalant tout de même une petite lueur optimiste et gourmande, cela grâce à l’Italie et à l’Espagne (Merci l’Europe comme on dit à la fromagerie Morel) ; en effet, par deux voies différentes (Pauline H et Emmanuel L pour l’Italie ; Véronique et Philippe M pour l’Espagne), j’ai eu de la Louit, qui existe donc encore, oui da ! Évidemment c’est sous d’autres latitudes, ça oblige à un petit commerce encombrant (transporter quelques pots de moutarde, sans les casser !!!), mais enfin c’est un extraordinaire cadeau que de recevoir un ou deux pots de Louit au moment des fêtes par exemple et merci encore à Pauline, Emmanuel et la …Villa Médicis ! Plus simple est la filière espagnole, du moins pour les aquitains et autres gascons qui peuvent se procurer de la Louit dans les « ventas » du Pays Basque par exemple.
Ainsi, l’espoir n’est pas perdu de retrouver dans l’hexagone de la Louit sous étiquette italienne ou espagnole, le pot ayant gardé sa forme et son étiquette (toutefois imprimée en langue du pays) ; le goût présenterait, à mon sens, une légère nuance par rapport à mes vieux souvenirs, mais cela mérite analyse et discussion, comme le… vin !
Les pantoufles, sujet sacré en France et plus encore en Charente dont je suis heureux de saluer mes anciens congénères, pour vous dire que j’ai pu m’approvisionner en pantoufles « 100% feutre » dans un magasin libournais (après le pont à droite sur la route de St André de Cubzac), à l’enseigne d’Euralis, une merveille ! Espérons qu’il s’agisse d’une fabrication de chez nous, ce qui reste à démontrer tant que la mention du lieu de fabrication restera toujours aussi aléatoire.
Bonnes emplettes fraternelles.

Max de Kérosène

J'ose maintenant l'avouer : j'ai jamais compris ce que > voulait dire exactement. J'ai même comme idée que ceux qui usent de cette expression, en quatrième de couverure ou ailleurs, ne sont guère plus avancés. Mais là c'est comme un léger et subtil zéphyr qui viendrait m'extraire d'une brûme opaque dont raffolent tant les glaouches (toute brume leur est volupté disait d'eux un notable esprit). Lire tout d'un sur la moutarde douce et fine, les vraies pantoufles, l'Obama , les images du chocolat Louit (''Le dernier des Mohicans'') et quelques autres thèmes de bien moindre importance (les Charentes, etc) c'est comme s'abîmer dans un puits de potentiel spatio-temporel. Et à ça, monsieur,je dis bravo et ... merci.

Max de Kérosène

Trahison, trahison ! Au lieu de >, il faillait lire : (ouvrez les guillemets) MISE EN ABIME (fermez les guillemets).

A. LOUIT

Bonjour à tous,

Etant une descendante de la famille LOUIT, je trouve triste que nos produits n'existent plus en France. Croiser des amateurs sur Internet après tant d'années fait grand plaisir.

J'aimerais donc savoir si selon vous, la moutarde LOUIT, le vinaigre et le chocolat pourraient retrouver leur place dans la région du Sud Ouest ?

Très bonne continuation à chacun.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.